Étiquettes

, ,

Les amants trépassés (vers 1470)

Les_Amants_Trépassés-Musée_de_l'Oeuvre_Notre-Dame

Le panneau figurant le couple des Amants trépassés appartenait auparavant à un double portrait macabre dont il constituait le revers. L’avers, un Couple d’amoureux, est aujourd’hui conservé au Musée de Cleveland (États-Unis). La mise en regard des deux peintures fonctionne comme une méditation sur la vanité des choses terrestres et la fragilité de l’existence. Ce type de tableau, dont la formule est apparue au milieu du XVe siècle, se rattache à des pratiques de dévotion privée.
Le réalisme brutal de la scène et la paradoxale robustesse des corps décharnés et rongés par la vermine est une allusion dramatique à la fugacité de la jeunesse, de la beauté et de l’amour. Cette œuvre s’inscrit dans la tradition germanique de la représentation de la mort et semble s’inspirer d’une pointe-sèche de l’un des grands maîtres anonymes de la gravure allemande de la deuxième moitié du XVe siècle, le Maître du Livre de Raison, représentant Le Jeune homme et la mort. Un temps attribué à tort au jeune Mathias Grünewald, ce panneau a été depuis donné avec vraisemblance à un maître d’Ulm en Souabe dans le sud de l’Empire Germanique. Source