Étiquettes

,

smithsoniandress.jpg

Née en 1967 aux États-Unis, Karen LaMonte se forme d’abord à la Rhode Island School of Design (USA) pour ensuite s’installer en République Tchèque dans l’idée de réaliser le projet qui lui tient à cœur : créer des robes grandeur nature, en verre.

lamonte.jpg

Elle poursuit alors sa formation au sein de l’Academy of Art, Architecture and Design de Prague et apprend beaucoup des maîtres tchèques sur la technique du casting (moulage). C’est le début de son travail sur les robes en verre sur lequel elle va fonder sa renommée. À ce titre, elle obtient de nombreux prix dont le prestigieux Jutta Cany Franz Memorial Award en 2007.

semirecliningdressimpre.jpg

À travers ses robes, Karen LaMonte questionne subtilement les thèmes de l’identité humaine et féminine. Empreintes d’un corps absent, les drapés voluptueux en verre expriment néanmoins un mouvement, une vie, un sublime mélange entre absence et présence.

A l’instar de ses robes qui emprisonnent le corps, l’artiste capture les reflets fugaces de femmes, enfants ou vieillards à l’intérieur de miroirs. Sortes d’ombres spectrales, ces visages se figent dans une ambiance fantasmagorique à la limite de l’irréel et disparaissent bientôt lorsque la lumière varie. Source

recliningdressimpressio.png

Ses sculptures expriment à la fois le mystère et une certaine féminité.

undine.jpg

Le corps se fait d’autant plus présent qu’il est absent, et sublimé par la lumière.

c62c8ffdb53d.jpg