Étiquettes

,

Grover Krantz (1931-2002) fut un professeur (Washington State University), anthropologue excentrique, et un maitre attentionné pour ses chiens. Cette réputation se conserve bien au-delà de sa mort, et ce, de plusieurs façons. La plus impressionnante est sans conteste celle de son squelette et celui de Clyde, son lévrier irlandais, qui furent présentés lors d’une exposition en 2009 au Smithsonian “Written in Bone: Forensic Files of the 17th-Century Chesapeake” (cette exposition avait pour thème les « biographes de l’os« , où l’art de trouver des réponses dans des squelettes).

grover-krantz-2Krantz and Clyde se tiennent dans une position très vivante, celle d’un maitre et de son chien, tout naturellement, dans la mort comme dans la vie.  Avant son décès,  Krantz avait déclaré à David Hunt, anthropologue au Smithsonian “j’ai enseigné toute ma vie, je pourrais aussi bien continuer à enseigner après ma mort, pourquoi est-ce que je ne vous ferais pas don de mon corps?”. Quand Hunt donna son accord, Kranz ajouta “Mais il y a une condition: vous devez faire en sorte que mes chiens restent avec moi”.

Il n’y eut pas de funérailles pour Krantz. Son corps fut transporté jusqu’à la ferme des corps de l’Université du Tennessee. Par la suite, son squelette, puis celui de ses chiens furent préservés, paisiblement entourés de fossiles de dinosaures au sein du Muséum d’histoire naturelle… Hunt conserve même les dents de lait de Krantz.

Une bien jolie façon d’humaniser la mort, et ce qui vient après la mort, non?.

via