Étiquettes

, ,

Cedric Arnold travaillait en Thaïlande sur un contrat lorsqu’il aperçut un travailleur maritime couvert de tatouages de la tête aux pieds. C’est ainsi qu’il est entré dans le monde des tatouages yantra, une tradition vieille de plusieurs centaines d’années et que l’on retrouve en Asie du Sud-Est.

SI 10.jpg.CROP.original-originalCe projet, “Sacred Ink”, a pris 4 ans et demi de sa vie, et l’a fait parcourir la Thaïlande de fond en comble pour essayer d’être le plus exhaustif possible dans son approche de la tradition, des cérémonies géantes pour les croyants aux tatouages les plus rares que l’on ne trouve que dans certains recoins du pays.

SI 11.jpg.CROP.original-originalLa tradition incorpore des éléments du bouddhisme, du brahmanisme, de l’hindouisme, et des croyances animistes. Elle remontrait au 9ème siècle après JC, et on en a retrouvé sur des soldats des 16ème et 17ème siècles, à titre de protection.  Si 12.jpg.CROP.original-originalOn croit encore que les tatouages yantra ont des pouvoirs mystiques. Auparavant marque distinctive des brigands ou des assassins, la tradition est devenue de plus en plus populaire, et onéreuse. Angelina Jolie a attiré l’attention sur la pratique en se faisant faire deux tatouages lors d’un séjour à Bangkok, et on assiste aujourd’hui à un véritable tourisme autour de cette pratique.

SI 1.jpg.CROP.original-originalLe photographe a vu des hommes entrer en transe au cours des cérémonies rituelles de tatouage, sautant comme des félins alors qu’ils recevaient un tatouage de tigre, ou rire aux éclats alors qu’on leur imprimait un sage hindou.

SI 7.jpg.CROP.original-originalL’encre utilisé est une encre traditionnelle chinoise, mêlée de cendre, de venin de serpent, et de pleins d’autres choses. Selon Arnold, c’est une sorte de mix pour vaudou ou pour sorcière. Certains disent même qu’on y met des extraits de cadavres.

SI 9.jpg.CROP.original-originalEntrer dans cet univers n’a pas été sans complication. “Si vous n’êtes pas vous même tatoué dans certaines sphères du monde du tatouage, on vous regarde de façon suspicieuse, et on ne vous laissera pas entrer. J’ai expliqué qu’il s’agissait d’un projet personnel, que je voulais comprendre les choses. Quand ils m’ont demandé pourquoi je n’étais pas tatoué, j’ai répondu que je n’appartenais pas à ce système de croyance, et que ce serait donc manquer de respect que d’en avoir un« .

Sacred InkPour en voir plus, et en savoir plus, c’est par ici.