Étiquettes

, , , ,

Lors de ses voyages au Népal et en Inde, le photographe Alexis Pazoumian s’est intéressé aux Sâdhus,  qui a renoncé à la société pour se consacrer au but de toute vie, selon l’hindouisme, qui est la moksha, la libération de l’illusion (māyā), l’arrêt du cycle des renaissances et la dissolution dans le divin, la fusion avec la conscience cosmique. En tant que renonçants, ils coupent tout lien avec leur famille, ne possèdent rien ou peu de choses, s’habillent d’un longhi, d’une tunique, de couleur safran pour les shivaïtes, jaune ou blanche pour les vishnouites, symbolisant la sainteté, et parfois de quelques colliers. Ils n’ont pas de toit et passent leur vie à se déplacer sur les routes, se nourrissant des dons des dévots.

 

Ascese1Dans son projet Sadhu Hundred, chaque homme montre un visage paisible, tout en harmonie.

Ascese2Les sadhus constitueraient 0,5 % de la population indienne, soit quatre à cinq millions de personnes.

Ascese3Ils seraient apparentés aux gymnosophes, les philosophes nus que les Grecs d’Alexandre le Grand croisent en pénétrant le monde indien.

Ascese4 Ascese5 Ascese6 Ascese7 Ascese8 Ascese9 Ascese10 Ascese11via