Étiquettes

, ,

L’Afghanistan n’est pas un endroit pour les enfants, qui composent 70% de la population. Il existe pourtant en Afghanistan un centre d’apprentissage du skate-board, où 40% des élèves sont des filles.

skate1 Dans un pays où les gamines risquent leur vie en allant à l’école, où il leur est interdit de faire du vélo, c’est assez impressionnant. Un chiffre dont peu d’autres écoles de skate dans le monde peuvent s’enorgueillir.

skate2Le skater australien Oliver Percovich, dont la première visite en Afghanistan, armé de 3 planches, remonte à 2007, s’est depuis impliqué dans l’apprentissage du skate. Il s’est installé à Kaboul, et a créé Skateistan, une ONG ET une école où les enfants peuvent apprendre non seulement à faire du skate, mais également apprendre des tas de choses en classe, comme des arts plastiques, des choses sur la santé environnementale, etc.

L’ONG a travaillé avec les autorités locales et gouvernementales pour obtenir leur soutien. Et, de fait, une majorité d’Afghans considère cette activité comme correcte pour les jeunes filles, en autant que l’enseignement soit séparé de celui des garçons, et que les professeurs soient des femmes. Skateistan s’arrange également pour que les filles puissent se rendre aux activités de façon sécuritaire. Evidemment, on est dans une zone de guerre, donc tout n’est pas idyllique: en septembre, 4 jeunes élèves ont été tués dans un attentat, alors qu’ils travaillaient dans les rues pour aider leurs familles.

skate3

Depuis ses débuts en 2007, Skateistan a ouvert d’autres écoles, au Pakistan, au Cambodge, et une deuxième école Afghane à Mazar-e-Sharif devrait ouvrir prochainement.

En 2009, un documentaire a été réalisé, et a gagné le prix du meilleur documentaire au Festival du Cinéma pour la Paix de Berlin. Skateistan: Four Wheels and a Board in Kabul est disponible en téléchargement sur Itunes ou en ligne ici.

Voici la bande-annonce:

Source