Étiquettes

, , ,

Migingo (aussi appelé Bugingo ou Ugingo) est un îlot de 10 800 m2 (un terrain de football mesure 7 140 m2) situé dans le Lac Victoria. C’est la plus petite île d’un groupe de trois situées dans le lac Victoria sur le territoire kényan (les deux autres étant Usingo et Pyramid). Si les deux plus grandes îles sont totalement inhabitées, environ 400 personnes, pour la plupart des pêcheurs (kényans, tanzaniens et ougandais) et des revendeurs de poisson, vivent sur Migingo (soit une densité de population supérieure à 36 000 hab./km²)

Eyewitness: Migingo Island, KenyaSource

L’habitat occupe l’entièreté de l’île. On y trouve quatre bistros, plusieurs lupanars, un poste de police et une pharmacie. Dalmas Tembo et George Kibebe, deux pêcheurs kényans, revendiquent avoir été les premiers habitants de l’île. Lorsqu’ils y sont arrivés en 1991, elle était couverte de mauvaises herbes et infestée par des oiseaux et des serpents.  Joseph Nsubuga, un pêcheur ougandais, dit qu’il est arrivé sur Migingo en 2004 et n’y a trouvé qu’une maison abandonnée. Plus tard, d’autres pêcheurs sont venus du Kenya, d’Ouganda et de Tanzanie s’y installer en raison de sa proximité d’un banc riche en perches du Nil. On se doute qu’ils ne sont pas venus pour profiter du paysage ou des installations luxueuses.

Migingo2Source

En juin 2004, les gardes-côtes ougandais débarquent sur l’île, y plantent leur drapeau national et installent un poste de police. Cette action ouvre la voie à des querelles politiques entre les États kényan et ougandais. La plupart des protestations ougandaises tournent autour des droits lucratifs de la pêche et surtout du commerce de la perche du Nil plutôt que sur la possession territoriale de l’île.

Migingo3Source

Le 2 juin 2009, l’équipe d’enquête internationale, dépêchée par les deux États a constaté que l’île est 510 m à l’est de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda (donc au Kenya). Pour lire l’histoire du conflit et de sa résolution, c’est par ici (en français) et sur le NY Times (en anglais)

Source (pour le texte). On pourra également consulter un photo-reportage fascinant sur 10 Online,