Étiquettes

, ,

Une partie de la jeunesse mexicaine a décidé qu’il valait mieux s’éclater en dansant en bottillons pointus plutôt qu’en s’entretuant pour des histoires de cartels de drogue.

1165-Tirate-picudos-Mesquit-Rodeo-MatehualaPhoto

On les appelle les « botas picudas ». Il s’agit du signe le plus distinctif d’une sous-culture, qui implique de danser sur des rythmes électro, autochtones et africains afin de remporter de prix assez fabuleux ainsi que de grosses sommes d’argent.

Ces appendices pas du tout phalliques seraient nées grâce à un homme, « Cesar de Huizache »,  qui s’est un jour pointé chez un cordonnier et lui a demandé des bottes avec une extension recourbée longue d’environ un mètre. Comme le client a toujours raison, l’homme a eu ses bottes (on ne sait pas si c’était pour donner une saveur particulière à l’expression « donner un coup de pied au cul »). Cesar a dansé dans ses chaussures, et le reste, c’est de l’histoire. Bancale.

Plus c’est long, plus ça plait. Comme on dit, chacun ses goûts.

botas2bpico2blargoPhoto