Étiquettes

, ,

Pendant la Guerre d’Algérie, au cours de son service militaire, Marc Garanger ne cesse de photographier. Il en revient notamment avec plus de deux mille portraits de femmes algériennes, originellement destinés à des photos d’identité.

Femme Algerienne 1960Ces photos ont été commandées par l’armée française, qui avait décidé que les « autochtones » devaient avoir une carte d’identité… et ainsi être mieux contrôlés dans leurs déplacements.

Femme Algerienne 1960Deux-cents portraits par jour. C’est le visage des femmes qui a le plus interpellé le photographe. « Elles n’avaient pas le choix. Elles étaient dans l’obligation de se laisser photographier. Elles devaient s’asseoir sur un tabouret, en plein air, devant le mur blanc d’une mechta. J’ai reçu leur regard a bout portant, premier témoin de leur protestation muette, violente« .

Femme Algerienne 1960Des portraits tous cadrés à l’identique, tentative de quadrillage des êtres comme on quadrille le terrain. Et en retour, des expressions pleine de défiance, de fierté. Le temps travaillait pour elles.

Femme Algerienne 1960 3Marc-Garanger-“Femmes-algériennes-1960”-Editions-Contrejour-1982. SOMESLASHTHINGS CHAPTER004 MARC GARANGER 05