Mots-clefs

, , ,

Oui, à l’époque, on ne disait pas encore factrice. La féminisation des professions passe avant la féminisation du vocabulaire, mais là n’est pas le propos de notre billet du jour.

Le 1er juin 1917, dans le 10ème arrondissement de Paris, les premières factrices sortent du bureau de poste pour aller distribuer le courrier. Comme pour tant d’autres professions, la Première Guerre mondiale a imposé l’entrée des femmes sur le marché du travail, dans des professions auparavant réservées aux hommes.

postieres1917_1

source

postieres1917_2source

A noter que dire de ces femmes qu’elles sont les premières est un peu exagéré. On trouve une photographie datée de 1916 présentant une femme factrice (ci-dessous). Il est effectivement très probable que des femmes aient intégré la profession plus tôt au cours de la Première Guerre mondiale.

btv1b6952897x

source

Et, en 1915, elles faisaient déjà la une (édition de l’hebdomadaire satyrique La Baïonnette du 18 novembre 1915). Le numéro en entier peut être consulté sur Gallica.

ES-475V-30595

Comme on peut le voir, ces femmes portent un uniforme, proche de la blouse des facteurs ruraux. On est dans le fonctionnel.

Parmi ces femmes, la presse de l’époque a retenu le nom de Jeanne Decorne, ici en 1918.

JeanneDecorne2

 

source

Tout comme les hommes, ces femmes faisaient la tournée en vélo lorsque nécessaire (ici, Jeanne Decorne avec une collègue factrice).

JeanneDecorne3source

JeanneDecorneLa relève du courrier. Source

Publicités