Étiquettes

,

A environ 200 km au nord-ouest de la ville d’Agadez au Niger se trouve un village où vit une cinquantaine de familles: Teguidda-n-Tessoumt.  Dans ce village se trouvent des piscines d’évaporation d’eau salée, une industrie millénaire tout à fait particulière. Ici, le sel n’est pas extrait de l’eau (on est dans le Sahara hein), mais de l’argile.

salt-works-teguidda-n-tessoumt-1[6]

Photo George Steinmetz

Les eaux saumâtres sont tirées des puits peu profonds et mélangés avec de la terre pour produire des boues salées de diverses couleurs, dont la teinte dépend de la couleur de la boue, d’algues, ainsi que la quantité de sel qui a durci sur la surface.

salt-works-teguidda-n-tessoumt-3[6]George Steinmetz

La région possède une vingtaine de sources dont l’eau saumâtre rend possible l’extraction du sel. Versée dans les mares, cette eau est ensuite piétinée pour créer une sorte de boue, qui décantera pendant les heures qui suivront.

salt-works-teguidda-n-tessoumt-5[5]

Photo via

Une fois que la boue s’est déposée, l’eau salée est extraite de la mare à l’aide d’une calebasse, et versée dans des mares d’évaporation.

salt-works-teguidda-n-tessoumt-4[9] salt-works-teguidda-n-tessoumt-9[5] salt-works-teguidda-n-tessoumt-2[2]Cliquez ici pour en savoir plus.