Mots-clefs

, ,

Avant l’ère d’Internet et des transmissions par modem, figurez-vous qu’on envoyait tout de même des photos par liaison téléphonique ou radio. C’est juste que c’était drôlement plus compliqué. Et plus long. Vraiment long. Et comment faisait-on? Grâce à ceci, bien connu des journalistes d’un certain âge ou d’un âge certain.

800px-Belinograph_BEP-2V_-_MfK_BernBelinographe BEP-2V, 1953. Source

Le bélinographe, du nom de son inventeur Édouard Belin, est une invention présentée en 1908, et perfectionnée en 1920 pour permettre la transmission des photographies via une liaison radio.

Reportage, daté du 29 mars 1951. Source

Le bélinographe d’origine se base sur une propriété mécanique de la gélatine bichromatée utilisée en photographie, déjà exploitée pour le même usage par l’américain Amstutz à partir de 1895. Celle-ci devient dure et insoluble quand elle a été exposée à la lumière et développée. La photographie peut donc être transformée en reproduction en relief. On la fixe sur un cylindre tournant, et un palpeur explore ce relief ligne par ligne, convertit cette épaisseur en signal électrique grâce à un rhéostat, et transmet ce signal. À la réception, le bélinographe utilise le signal pour moduler, grâce à un jeu de filtres, la lumière qui expose, sur un cylindre qui doit tourner exactement à la même vitesse que celui de l’appareil d’émission, un film ou un papier photographique, qu’il faut alors développer. Source

poincaré_LyonLe 13 mai 1914 (ci-dessus), Le Journal publie la première photographie de reportage transmise par bélinographe. Un service de bélinographie relie Paris, Lyon, Strasbourg et Bordeaux en 1924.

En 1933, Belin parvient à produire un engin transportable dans une valise de 17 kg, capable de transmettre sur une ligne téléphonique ordinaire.

pre_378Photo Daniel Salles. Source

Cet appareil est couramment utilisé par les reporters de presse de 1930 jusque dans les années 1980. L’AFP commence à l’utiliser en 1944. Dans ce milieu, cette machine est communément appelée « la Bélino ». Lors de la parution, les photographies reçues par la rédaction par ce procédé, étaient souvent accompagnées de la mention « Transmis par Bélino » ou « Bélino transmis » (ce qui permettait au passage de s’excuser de la piètre qualité de la chose).

L’envoi d’une photographie noir et blanc de 13 × 18 cm dure environ douze minutes. Non seulement c’est long, mais ça fait un bruit infernal.

NB_06PHOTOdeskUPIbUPI 16-S, photographie Andy Scott/The Dallas Morning News. Ce modèle était utilisé par UPI dans les années 1970.

Une blague circulait encore au début des années 1980 dans les écoles de journalisme: un patron de presse qui n’y connaissait rien, trouve que la photo de une est dégueulasse, et demande d’où vient la photo. Quelqu’un répond « elle nous est parvenue par Bélino ». Alors virez-moi ce Bélino! ».

L’utilisation du bélinographe a cessé dans les années 1990, avec le développement d’autres méthodes, plus rapides.

Publicités