Mots-clefs

, ,

Évidemment, quand on sait ce qui c’est passé après, ces images laissent un goût doux-amer de calme avant la descente aux enfers. Et puis, on peut simplement se laisser guider par ce qu’était la vie quotidienne à la fin des années 1920, et imaginer les histoires derrières les portraits (vers la fin du film).

via

Publicités