Mots-clefs

, , , ,

James Gillingham était un modeste artisan chausseur, dont la boutique « the Golden Boot » se trouvait à Chard, en Angleterre. En 1866, il fit la rencontre d’un homme qui avait perdu un bras dans un accident de canon. Les médecins lui avaient dit qu’ils ne pouvaient rien faire pour lui. C’est alors que Gillingham, souhaitant mettre son art à l’épreuve, il lui proposa un nouveau bras, gratuitement.

prosthetics-1La prothèse de cuir qu’il avait construite était non seulement solide et rigide, mais surtout parfaitement adapté au membre restant. Le monde médical remarqua son talent, et l’artisan commença à produire une série de prothèses.

prosthetics-29Grâce à un procédé secret, il était en mesure de mouler parfaitement le cuir sur le membre, avant de le durcir. La prothèse était légère, résistante, durable, facilement réparable, et surtout, esthétiquement réussie.

prosthetics-32On estime qu’en 1910, il avait permis à plus de 15.000 patients de retrouver leur mobilité. En mettant l’emphase sur le confort et l’adaptation de la prothèse au patient, c’est ce dernier qu’il mettait au centre de ses préoccupations, et non le confort du corps médical.

prosthetics-10Il a pris en photo un grand nombre de ses patients, et les a publié dans des journaux médicaux, afin notamment de donner des conseils aux chirurgiens pour mieux amputer leurs patients. La photographie la plus poignante de la collection est peut-être celle ci:

prosthetics-13Gillingham est mort en 1924, mais son commerce a perduré jusque dans les années 1960. Cliquez ici pour voir plus de photographies.

Publicités