Mots-clefs

, ,

Lorsqu’une guerre s’achève, elle laisse derrière elle des tonnes de déchets plus ou moins dangereux… Des mines, des bombes non explosées, des zones ravagées… C’est notamment le cas au Laos, où l’armée américaine a largué plus de deux millions de tonnes de bombes entre 1964 et 1973. On recense 580.000 bombardements sur le pays, ce qui revient à un bombardement toutes les huit minutes, 24h par jour. On estime qu’environ 30% de ces bombes n’ont pas explosé, ce qu’elles font généralement de nos jours quand des enfants jouent à proximité, ou qu’on les ouvre pour récupérer les métaux et les explosifs… Mais souvent, elles n’explosent pas, et on voit des carcasses un peu partout. Et comme l’homme est avant tout un être plein de ressources, ben, il recycle.

Une grosse bombe, ça fait de bons bateaux.

Une grosse bombe, ça fait de bons bateaux.

Quand le photographe Mark Watson a voyagé dans le pays sur son vélo, il a été surpris de voir comment ces armes pouvaient être recyclées, accompagnant les gens dans leur quotidien.

Des bacs à fleurs

Des bacs à fleurs

Cette récupération est néanmoins très dangereuse, et, face à la pauvreté,  beaucoup prennent le risque de gagner quelques dollars. De nombreuses terres agricoles sont contaminées par des équipements non explosés. Faute de pouvoir travailler correctement les sols, les récoltes ne sont pas bonnes, et maintiennent les gens dans la pauvreté.

laos-bombs-mark-watson-4[2]

Encore des bacs à fleurs.

En 2012, on estime que 29.000 personnes sont mortes des explosions  accidentelles. En attendant, on recycle, pour que ces tas de ferrailles servent un peu à la vie.

Des cloches pour vaches

Des cloches pour vaches

Des pilotis pour surélever les maisons

Des pilotis pour surélever les maisons

Cliquez ici pour en voir plus.

Publicités