Mots-clefs

,

Bienvenue dans le monde du plancton, celui qui, bien que tout petit, est impitoyable. Et beau. Tenez, par exemple, Phronima Sedentaria, dit Tonnelier de mer. Derrière ce nom se cache un tueur sans pitié. Phronima possède quatre pattes et deux grosses pinces (enfin, à son échelle). Ses pinces se colorent de rouge cuivré selon des motifs tout à faits incroyables. photo-2_161-159-credit-Christian-Sardet-and-Sharif-Mirshak-CNRS-_-Tara-Oceans-_-Plankton-Chronicles-project_resized

Mais quand Phronima est en chasse, elle devient totalement transparente, et se fait ainsi passer pour un vulgaire plancton gélatineux inoffensif.

photo-1_158-credit-Christian-Sardet-and-Sharif-Mirshak-CNRS-_-Tara-Oceans-_-Plankton-Chronicles-project_resized2Le tonnelier de mer a notamment inspiré le xénomorphe du film Alien, le huitième passager. C’est un parasite, généralement des tunicier (animaux fixés ou pélagiques dont le corps est entouré d’une tunique). Il évide l’intérieur de l’animal, s’en nourrit et ne conserve que l’enveloppe extérieure cylindrique d’où son nom de tonnelier des mers. Ainsi protégé, il se déplace en pleine eau en agitant ses pléopodes (les petits machins sous l’abdomen qui lui servent à nager). L’enveloppe de son hôte lui sert aussi à déposer ses œufs.

photo-3_6_Femelle_phronime_dans_son_tonneau_C_Sardet_S_MirshakCes photographies sont de Christian Sardet et Sharif Mirshak (CNRS). Source

Publicités