Il ressemble à un renard, mais on l’appelle « loup à crinière ». Sauf que ce n’est pas un loup non plus. Chrysocyon brachyurus est une espèce d’omnivores de la famille des canidés, originaire de l’Amérique du Sud. Il est le seul représentant de son genre : Chrysocyon. Bien que ressemblant à un loup ou à un grand renard, le loup à crinière est génétiquement distinct de tous les autres canidés.

Le loup à crinière doit surtout son nom à la présence d’une longue et abondante toison noire sur son encolure et sur ses épaules. Ses longues pattes fines sont adaptées à son milieu de vie, essentiellement constitué par de hautes herbes : le cerrado. Malgré son apparence, ce n’est pas un coureur rapide. Mais ses grandes oreilles lui permettent de détecter les petites proies dont il se nourrit. Il mesure environ 90cm au garrot.

Les analyses génétiques ont permis de montrer qu’il est le seul du genre Chrysocyon. Aucune autre espèce vivante ou éteinte ne s’en approche (en même temps, il se peut qu’il y ait eu d’autres membres du genre au Pléistocène ou à l’Holocène, mais on n’en a pas trouvé). On pense qu’il est le seul à avoir survécu à l’extinction du Pléistocène, au cours de laquelle tous les grands canidés de l’Amérique du sud ont disparu.

Le régime alimentaire peut expliquer la façon dont il aurait pu survivre à l’extinction: c’est un chasseur opportuniste, s’attaquant à des proies allant des petits vertébrés jusqu’au paca. Ses proies les plus habituelles sont les lapins, les petits rongeurs, les oiseaux et les tatous, et plus rarement des reptiles, des insectes voire des poissons. Il consomme également beaucoup de fruits (jusqu’à la moitié de son alimentation), dont le « fruit du loup » (fruit de Solanum lycocarpum). Ce fruit disposerait de propriétés antiparasitaires, contre le ver rénal géant, Dioctophyme renate. Le loup à crinière effectue ses quêtes de nourriture, seul et surtout la nuit. Il peut aussi le faire durant la journée, dans des zones à l’écart des humains (source).

via

Publicités