Étiquettes

, ,

Jeju-do (également Cheju-do ou Jejudo, 제주도, on prononce tchédjou-dô) est une province et une île subtropicale de Corée du Sud. Avant 1910, elle était connue en Europe sous le nom de Quelpaert ou Quelpart. Elle est réputée pour ses femmes  « sirènes », les Haenyo, des femmes qui s’adonnent à la pêche sous-marineCes plongeuses, « filles de la mer », sont en voie de disparition, la nouvelle génération préférant travailler dans des domaines moins éprouvants et plus lucratifs que son aînée. Le photographe Mijoo Kim a immortalisé ces Haenyo, dans une série intitulée « The Mother of the Sea », la Mère de la mer.

last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-010Elles sont représentatives de la structure matriarcale de cette province. « Jusqu’au XIXe siècle, plonger était principalement une activité d’homme. Ce travail commença à ne plus être profitable lorsque les hommes durent payer de lourdes taxes pour cela, alors que ce n’était pas le cas des femmes. Les femmes se chargèrent de la plongée (qui était considérée comme la plus basse des tâches) et, en raison de la grande dépendance du Jeju pour les produits de la mer, devinrent la principale source de revenu des familles. Ainsi, elles devinrent du coup les « chefs » de leur famille. Sur l’île de Mara, où les produits de la mer constituaient presque la seule source de revenu avant l’apparition du tourisme, le rôle des sexes fut complètement inversé. Souvent les hommes s’occupaient des enfants et des courses pendant que les femmes rapportaient de l’argent au foyer« . Source

last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-011Les Haenyo sont des plongeuses expérimentées, connues pour être capables de retenir leur souffle pendant plus de deux minutes et de plonger à des profondeurs environnant les vingt mètres. Elles doivent également tenir compte des dangers que représentent les requins et les méduses.

last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-08À partir de la fin des années 1970, l’exportation vers le Japon de produits de la mer tels que les haliotis et les conques rendit les femmes de la mer plus riches que jamais, et leur permit de réparer leur maison, d’en construire de nouvelles dans la ville de Jeju et d’envoyer leur filles à l’école. Pourtant ceci contribue à la disparition de cette activité, car leur filles préfèrent travailler dans l’industrie du tourisme de l’île ou dans les grandes villes. Alors qu’en 1950, il y avait environ 30 000 haenyo sur l’île, en 2003 elles sont seulement 5 650 femmes de la mer, dont 85 % ont plus de cinquante ans. Source

last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-04 last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-012 last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-02 last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-014 last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-01 last-generation-women-mermaids-sea-diving-mijoo-kim-korea-013via