Étiquettes

Le mot badlands (« mauvaises terres » en français) désigne un paysage ruiniforme des terrains marneux ou argileux, raviné par les eaux du ruissellement. Ces terres sont en général impropres à l’agriculture. Les badlands de Cheltenham (Caledon, Canada), présente des couleurs spectaculaires, allant des scories rougeoyantes aux argiles claires, entrecoupées de bandes vertes tirant sur le blanc. Contrairement aux badlands traditionnels, ceux-ci sont le résultat de l’action humaine. Jusqu’au début du 20ème siècle, on y trouvait des roches calcaires, du grès, du sable et du gravier, jusqu’à ce qu’une agriculture déraisonnable finisse par mettre complètement à nu la roche. La zone était fertile auparavant, et fut utilisée tant par les autochtones que par les premiers colons canadiens. On l’utilisait comme pâturage, verger, et pour y faire pousser du blé, des pommes de terres… La roche étant imperméable, l’eau glisse dessus, et emporte avec elle le peu de sédiment qu’il peut rester. Cette érosion constante donne le caractère distinctif à la zone. L’endroit était un lieu touristique jusqu’en 2015, lorsque l’on interdit au public de fréquenter le site, pour sa protection.

via