La beauté du pain

Étiquettes

Sur Instagram, Hannah, une boulangère très éclairée de Caroline du Nord (Blondie and Rye) fait du pain. Du bon pain possiblement, mais surtout du beau pain, qu’on dévore des yeux, et dont on sentirait presque l’odeur quand il sort du four. Certains pains sont délicatement ciselés, d’autres sont ornés de fruits et de légumes. De quoi donner envie de manger du pain, ou de mettre la main à la pâte!

via

Charpenterie japonaise

Étiquettes

,

La charpenterie japonaise traditionnelle a ceci de particulier qu’elle n’utilise pas de clou. Ce qui était du à l’origine à la rareté du métal a fini par donner un art tout à fait intéressant, et rudement solide. Car au Japon, certaines structures de bois ont plus de 1000 ans. Les charpentiers miyadaiku (宮大工) sont ceux qui construisent les temples et sanctuaires traditionnels, et qui les réparent. Tout, absolument tout, est fait en bois. Et pas de cheville: tout s’emboîte à la perfection. C’est aussi ce qui les rend facile à réparer… Admirez le travail:

via

 

En direct de l’aquarium de Monterey Bay

Étiquettes

L’aquarium de Monterey Bay a fermé, comme pratiquement toutes les autres structures qui accueillent du public, mais on peut toujours profiter de ses vidéos en continu depuis divers aquarium. Comme celui des méduses, qui est objectivement très zen, et qui fait beaucoup de bien.

On peut aussi se brancher sur les manchots, les loutres de mer… Oh, bien entendu ce n’est pas un spectacle, et il se peut fort bien qu’aucun animal ne montre le bout de son nez…

via

Le son de Sainte-Sophie

Étiquettes

, ,

Les technologies audio-numériques ont fait beaucoup de progrès ces dernières années. L’une de ces innovations permet aux ingénieurs du son de recréer le son d’un endroit spécifique et de le recréer n’importe où, ce qui est assez fabuleux, convenons-en. Le processus permet ainsi de faire entendre un ensemble musical tel qu’on peut l’entendre dans une grande salle d’opéra, ou, en l’occurrence, comme dans l’ancienne Basilique Sainte-Sophie à Istanbul, du temps où la ville s’appelait encore Constantinople.

On retrouve alors le chant tel qu’il était entendu par les fidèles jusqu’au 15ème siècle. De quoi frémir… et se rendre compte à quel point la musique était dépendante de son environnement.

Ceci est possible grâce aux travaux de deux professeurs de Stanford, l’historienne de l’art Bissera Pentcheva et Jonathan Abel, du département de musique. Hagia Sophia étant désormais un musée, ils ont été autorisés à enregistrer le bruits de ballons qui éclatent dans l’endroit, après les heures d’ouverture. En utilisant l’information acoustique des éclats de ballons, Abel a été en mesure de créer un filtre numérique, permettant de rendre n’importe quel son comme s’il était produit au cœur même de la basilique. On peut en entendre un peu plus ici.

Via

Dioramas pour bibliothèques

Étiquettes

, ,

Lorsque l’on a la possibilité de passer un peu de temps au Japon, il est très intéressant de sortir des grands axes, pour se promener dans les ruelles, ces espaces urbains semi-cachés qui font découvrir une réalité très intéressante. C’est là que l’on trouve les entrées de commerces caractéristiques, bars, cafés, restaurants, ainsi que des librairies. Et ce sont ces librairies de ruelles que l’artiste du nom de Monde met en valeur avec des dioramas fascinants.

On peut admirer les serre-livres de Monde sur son compte Twitter, ou encore dans cet article de Buzzfeed Japan, et la façon délicate dont il reproduit les ruelles de Tokyo, sa ville natale. Des dioramas dont la minutie va jusqu’aux lumières électriques qui illuminent les scènes reproduites.

Les miniatures, faites à la main et en bois, ont la taille spécifiques des livres de poche japonais, ceux qui recouvrent les murs des librairies de ruelles, du sol au plafond, et sont des serre-livres parfaits.

Si Tokyo est une mégapole, on y retrouve aussi beaucoup de quartiers, avec la vie qui va avec. Les espaces étroits des ruelles sont remplis de vie, ou d’éléments qui rappellent que ces lieux sont habités, et un peu en dehors de l’hyper-modernité que l’on associe à Tokyo. Ces ruelles nous rappellent que dans notre présent subsistent encore des endroits intemporels, comme une bibliothèque bien conservée.

Via

Le visage d’Élizabeth I

Étiquettes

La reine Elizabeth I a fait passer son pouvoir via une mise en scène soignée de son apparence, et les nombreux tableaux peints de son vivant ont contribué à forger une image de reine vierge puissante et quasi-immortelle. Mais ce n’est pas pour autant que l’on sait à quoi elle ressemblait vraiment. 

« Les portraits de propagande, qui furent jadis l’apanage des riches et puissants, sont maintenant à portée de main de n’importe quel adolescent. La possibilité de mettre en scène son image pour la présenter au monde. Elizabeth I fut une pionnière dans le domaine » déclare Mat Collishaw, un artiste dont le projet vise à recréer le « vrai » visage de la Reine.

Pour la ramener à la vie, Collishaw a utilisé des technologies modernes (comme le scan numérique, l’impression 3D et l’animatronique). Son portrait contemporain, titré « The Mask of Youth » (Le Masque de la Jeunesse), se trouve désormais en face du portrait d’époque qui l’a inspiré, à l’intérieur de la Queen’s House à Greenwich, Londres.

“Je crée un masque qui tente de révéler la vérité de son apparence réelle, tout en montrant que, sous la surface, il y a un mécanisme complexe de prise de décisions et de calculs divers » ajoute Collishaw.

Je vous invite à regarder la vidéo dans l’article (que je ne peux importer ici). L’effet d’animation est tout simplement saisissant.

Source

L’art vivant de Philip Beesley

Étiquettes

,

L’artiste et architecte Philip Beesley marie un ensemble de techniques et de systèmes dans ses créations au point que l’on peine à trouver des mots justes pour les décrire. Quoi que, « étrange » pourrait convenir.

Sa dernière oeuvre en date, Astrocyte, réunit chimie, intelligence artificielle, et un paysage sonore immersif, le tout réagissant à la présence des spectateurs. Elle contient 300.000 composants individuels, et a été présentée en octobre dernier à Toronto, dans le cadre d’EDIT: Expo for Design, Innovation & Technology.

C’est à la fois complexe, intrigant, et rend l’architecture presque vivante.

via