Waterphone

Mots-clés

Le waterphone n’est pas un combiné installé dans la cabane au fond du jardin. Pour ça, vous avez votre cellulaire, merci bien. Il s’agit d’un instrument de musique faisant partie de la famille des instruments à friction.

Photo Richard Waters — www.waterphone.com

Photo Richard Waters — http://www.waterphone.com

Inventé à la fin des années soixante par Richard A. Waters, il se présente sous la forme d’un réservoir arrondi en acier inoxydable et souvent plat (mais pouvant revêtir différentes formes), auquel est relié un tube. Sur le pourtour du réservoir, des tiges en bronze de différentes tailles sont fixées. On peut introduire une petite quantité d’eau dans le tube, ce qui provoque des échos et des variations de hauteur lors du jeu, produisant un son parfois comparé au chant des baleines et autres cétacés. Côté son, voici ce que cela donne:

Vous l’aurez compris, c’est l’instrument un peu flippant dont on se sert dans les bandes originales de films. De nombreuses bandes originales de Lalo Schifrin y font appel (entre autres L’Inspecteur Harry en 1971), mais aussi Star Trek, le film (1979) de Jerry Goldsmith, et la trilogie Matrix (1999-2003) de Don Davis, pour n’en citer que quelques-unes.

source

L’homme et le chou de Bruxelles

Mots-clés

,

Ce billet est dédié à tous les amateurs de choux de Bruxelles, dont je ne fais pas partie.

_76699539_sproutpusherjpgEn 2014, un homme a poussé du bout de son nez un chou de Bruxelles, frais, jusqu’au sommet du Mont Snowdon, au Pays de Galles. 1085 mètres, tout de même. Stuart Kettel, 49 ans, et ses narines ont fait ceci pour une bonne cause, pas juste parce qu’il est cinglé (notez que, tout de même, aimer les choux de Bruxelles pourrait être un indice). Il a consciencieusement choisi le chou de la victoire, un assez gros chou qui ne tomberait pas facilement dans une crevasse. Il s’était fait un appareil spécial pour ne pas s’arracher la peau en remontant le Snowdon, comme on peut le voir ci-dessous:

_76699541_8a5a168f-d8f5-4e24-96e5-9e1995684b8fIl a mis quatre jours pour arriver au sommet. Il voulait récolter au moins £5,000 pour le Macmillan Cancer Support, il en a reçu 3500, et y a laissé la peau de ses genoux. L’homme est un habitué des défis un peu fous: auparavant, il avait amassé de l’argent en restant dans une boite pendant une semaine.

Source

L’ingénieur et l’escalier

Mots-clés

, ,

Les ingénieurs ont parfois beaucoup d’humour. Prenez par exemple Matthias Wandel, un canadien, qui vient de construire un escalier (actionné manuellement), spécialement pour son Slinky. Une machine entièrement dédiée à la perpétuité relative du Slinky.

La chose est capable de faire faire 140 marches au Slinky. Voici une vidéo sur la construction de l’escalier:

Fascinant, non?

Slinky-56via

 

La roue à livres

Mots-clés

, ,

La roue à livres est un instrument mécanique constitué d’une roue dont les pales servent d’étagères à livres. La rotation de la roue permet à son utilisateur de consulter plusieurs livres à la fois. L’ancêtre pratique du tas de bouquins sur votre table de chevet, en quelque sorte, mais qui prend un peu plus de place.

bookwheelIl s’agit d’une invention de l’ingénieur suisse-italien Agostino Ramelli (1531-1608). L’illustration ci-dessus se trouve dans son ouvrage Le diverse et artificiose macchine, publié en 1588.

Enypniastes

Mots-clés

Enypniastes est un genre de concombres de mer des abysses. Ces holothuries possèdent un éventail de pieds tubulaires fusionnés entourant une grande partie de leur extrémité antérieure. Ils utilisent cet éventail comme leur principal appareil locomoteur.

tumblr_nldxf4iqw41s1vn29o2_1280L’animal est bordé d’une collerette qui sert essentiellement de stabilisateur, mais peut aussi servir pour les mouvements lents, de façon assez semblable à celle des céphalopodes. La partie rouge, c’est la bouche de l’animal. Et on voit très distinctement son intestin, directement connecté à la bouche.

tumblr_nldxf4iqw41s1vn29o1_1280photos via

L’arbre aux lépreux

Mots-clés

, ,

Jusque très récemment, la lèpre était une maladie incurable, et qui suscitait les plus grandes peurs. Et ce, partout dans le monde. Au Malawi, comme ailleurs, les lépreux n’avaient pas le droit d’être enterrés dignement. En fait, soit on les laissait pendus à un arbre, soit on les attachait et on les jetait dans le creux d’un arbre pour y mourir. L’idée, c’était de ne pas contaminer la terre (oui je sais, c’est idiot, en plus d’être moche). Des arbres comme celui-ci:

leper-tree-malawi-2%255B6%255DPhoto

On mentionne de telles pratiques dans certains villages, comme à Liwonde, il y a encore 60 ans. En clair, au milieu des années 1950. Selon l’histoire locale, neuf membres d’une tribu tombèrent malades. Pour empêcher la contamination, on les ligota, et on les amena près d’un baobab en bas du Mont Chinguni. On les jeta dans le tronc creux de l’arbre, et on les y laissa mourir.

leper-tree-malawi-3%255B2%255DPhoto

De nos jours, « l’arbre des lépreux » est encore là. Un écriteau mentionne qu’il s’agit bel et bien d’une tombe. Et on peut passer sa tête dans un creux du tronc pour voir…

leper-tree-malawi-1%255B6%255D… que les squelettes des malheureux sont encore là… Photo

Tristes mentalités d’un autre âge. Via.

Le crabe boxeur

Mots-clés

,

Le Crabe boxeur à mosaïque (Lybia tessellata) est une espèce de crabes de la famille des Carpiliidae vivant dans l’océan Indien et l’océan Pacifique. C’est un tout petit crabe (2 cm max) reconnaissable d’une part au motif en mosaïque qui orne sa carapace (rouge brique et blanc crème, liserés de noir; les pattes sont juste annelées). S’il porte le nom de crabe boxeur, ou pom-pom crab en anglais, c’est parce qu’il tient dans ses pinces des anémones qu’il agite et brandit pour impressionner ses ennemis. Ces anémones symbiotiques sont des Boloceractis prehensa. Regardez si c’est mignon:

De près, voici à quoi il ressemble:

pompom3source

Portraits de plantes carnivores

Mots-clés

, ,

Joni Niemelä réalise, de façon quasi-obsessionnelle, des clichés macro de plantes carnivores, notamment la Droséra, et c’est magnifique. Son nom vient du grec ancien δροσερός, droseros, couvert de rosée, δρόσος, drosos signifiant la rosée). On l’appelle également rossolis (du latin ros solis, la rosée du soleil), et les photographie de Joni Niemelä sont très parlantes à ce sujet. Beauté des plantes carnivores! Vous pourrez en voir plus en allant sur le compte Instagram et la page Facebook de l’artiste.

joni_04 plants joni_02 joni_01via

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 561 autres abonnés