Promenade en forêt

Étiquettes

Les grands espaces vous manquent, vous n’en pouvez plus de vos quatre murs, et vous avez une furieuse envie d’être un peu zen. Venez, je vous emmène en forêt. Plus précisément une forêt de Finlande.

Mettez un casque sur vos oreilles, et profitez d’une promenade, agrémentée d’explications en chemins (sur lesquelles vous pouvez choisir de cliquer ou non), sur les espèces animales et végétales qui peuplent cette forêt, et les différentes façon de gérer une forêt. Vous pouvez y aller à votre rythme, choisir un chemin, aller plus vite, revenir sur vos pas… Il ne manque que l’odeur pour s’y croire tout à fait.

Bonne visite!

Le film d’animation du jour: Hair love

Étiquettes

,

Voici un film très tendre, qui aborde d’une manière adorable sensible (et les yeux qui pleurent là, c’est pas le pollen, cherchez pas d’excuse) un sujet qui révèle habituellement son lot de discriminations. Hair Love, qui a remporté cette année l’oscar du meilleur court-métrage d’animation, nous raconte l’histoire d’un père qui essaie, tant bien que mal, de coiffer sa fille de cinq ans.

Hair Love a pu être réalisé grâce aux 200 000 dollars remportés par une campagne de sociofinancement en 2017.

Via

Sept nouvelles espèces d’araignées-paon

Étiquettes

, ,

Qu’on aime ou non les araignées, on ne peut qu’admirer les araignées-paon, ces araignées du genre Maratus dont je vous ai déjà parlé. Elles sont pleines de couleurs, font d’adorables danses de séduction pour leur partenaire, et quand elles sautent, on dirait des ninjas. En plus, elles sont assez inoffensives: leurs mandibules sont si petites qu’elles ne peuvent percer la peau d’un être humain.

Joseph Schubert, chercheur arachnophile, vient tout juste de baptiser sept espèces récemment découvertes, ce qui fait désormais un total de 86 espèces dans le genre Maratus (dont la majorité vit en Australie).

Les nouvelles espèces portent de très jolis noms: Maratus azureusMaratus constellatus, Maratus inaquosusMaratus laurenaeMaratus noggerupMaratus suae et Maratus volpei. La préférée de Schubert, c’est la Constellatus, car elle lui rappelle une toile de Van Gogh, la nuit étoilée (voir la photo ci-dessous).

Pour trouver cette espèce, il a parcouru un long chemin, près d’un millier de kilomètres, à 7h de route au nord de Perth.

Maratue Laurenae

Maratus Noggerup

Via (cliquez pour en savoir plus)

Le siphonophore en chasse

Étiquettes

Une vidéo posée sur Twitter par le Schmidt Ocean Institute montre une chose bien étrange, une sorte de spirale argentée, flottant sur l’océan indien, à l’ouest de la côte australienne. On pourrait croire qu’il s’agit d’un déchet quelconque. Mais il n’en est rien; il s’agit d’un siphonophore, un organisme tout ce qu’il a de plus vivant, en pleine chasse. Il semble même que cela soit l’un des plus grands jamais découverts, puisqu’il semble faire près de 120 mètres de long. Ce qui en ferait donc l’un des organismes les plus longs au monde, toutes espèces confondues.

Les siphonophores (du grec ancien, siphōn, tube et pherein, porter, transporter) sont composés de milliers d’individus, qui vivent en colonie arrangée en chaîne, chacun des membres étant morphologiquement et fonctionnellement spécialisé dans une des différentes tâches nécessaires : chasse, digestion, flottabilité, défense. Les scientifiques le considèrent donc comme un superorganisme unique.

De nombreux siphonophores chassent en laissant flotter leurs tentacules toxiques. Un organisme comme celui que l’on voit sur la vidéo peut ainsi se nourrir de petits crustacés, de copépodes, de poissons, ou d’autres siphonophores.

via

La beauté du pain

Étiquettes

Sur Instagram, Hannah, une boulangère très éclairée de Caroline du Nord (Blondie and Rye) fait du pain. Du bon pain possiblement, mais surtout du beau pain, qu’on dévore des yeux, et dont on sentirait presque l’odeur quand il sort du four. Certains pains sont délicatement ciselés, d’autres sont ornés de fruits et de légumes. De quoi donner envie de manger du pain, ou de mettre la main à la pâte!

via

Charpenterie japonaise

Étiquettes

,

La charpenterie japonaise traditionnelle a ceci de particulier qu’elle n’utilise pas de clou. Ce qui était du à l’origine à la rareté du métal a fini par donner un art tout à fait intéressant, et rudement solide. Car au Japon, certaines structures de bois ont plus de 1000 ans. Les charpentiers miyadaiku (宮大工) sont ceux qui construisent les temples et sanctuaires traditionnels, et qui les réparent. Tout, absolument tout, est fait en bois. Et pas de cheville: tout s’emboîte à la perfection. C’est aussi ce qui les rend facile à réparer… Admirez le travail:

via

 

En direct de l’aquarium de Monterey Bay

Étiquettes

L’aquarium de Monterey Bay a fermé, comme pratiquement toutes les autres structures qui accueillent du public, mais on peut toujours profiter de ses vidéos en continu depuis divers aquarium. Comme celui des méduses, qui est objectivement très zen, et qui fait beaucoup de bien.

On peut aussi se brancher sur les manchots, les loutres de mer… Oh, bien entendu ce n’est pas un spectacle, et il se peut fort bien qu’aucun animal ne montre le bout de son nez…

via

Le son de Sainte-Sophie

Étiquettes

, ,

Les technologies audio-numériques ont fait beaucoup de progrès ces dernières années. L’une de ces innovations permet aux ingénieurs du son de recréer le son d’un endroit spécifique et de le recréer n’importe où, ce qui est assez fabuleux, convenons-en. Le processus permet ainsi de faire entendre un ensemble musical tel qu’on peut l’entendre dans une grande salle d’opéra, ou, en l’occurrence, comme dans l’ancienne Basilique Sainte-Sophie à Istanbul, du temps où la ville s’appelait encore Constantinople.

On retrouve alors le chant tel qu’il était entendu par les fidèles jusqu’au 15ème siècle. De quoi frémir… et se rendre compte à quel point la musique était dépendante de son environnement.

Ceci est possible grâce aux travaux de deux professeurs de Stanford, l’historienne de l’art Bissera Pentcheva et Jonathan Abel, du département de musique. Hagia Sophia étant désormais un musée, ils ont été autorisés à enregistrer le bruits de ballons qui éclatent dans l’endroit, après les heures d’ouverture. En utilisant l’information acoustique des éclats de ballons, Abel a été en mesure de créer un filtre numérique, permettant de rendre n’importe quel son comme s’il était produit au cœur même de la basilique. On peut en entendre un peu plus ici.

Via