Dioramas pour bibliothèques

Étiquettes

, ,

Lorsque l’on a la possibilité de passer un peu de temps au Japon, il est très intéressant de sortir des grands axes, pour se promener dans les ruelles, ces espaces urbains semi-cachés qui font découvrir une réalité très intéressante. C’est là que l’on trouve les entrées de commerces caractéristiques, bars, cafés, restaurants, ainsi que des librairies. Et ce sont ces librairies de ruelles que l’artiste du nom de Monde met en valeur avec des dioramas fascinants.

On peut admirer les serre-livres de Monde sur son compte Twitter, ou encore dans cet article de Buzzfeed Japan, et la façon délicate dont il reproduit les ruelles de Tokyo, sa ville natale. Des dioramas dont la minutie va jusqu’aux lumières électriques qui illuminent les scènes reproduites.

Les miniatures, faites à la main et en bois, ont la taille spécifiques des livres de poche japonais, ceux qui recouvrent les murs des librairies de ruelles, du sol au plafond, et sont des serre-livres parfaits.

Si Tokyo est une mégapole, on y retrouve aussi beaucoup de quartiers, avec la vie qui va avec. Les espaces étroits des ruelles sont remplis de vie, ou d’éléments qui rappellent que ces lieux sont habités, et un peu en dehors de l’hyper-modernité que l’on associe à Tokyo. Ces ruelles nous rappellent que dans notre présent subsistent encore des endroits intemporels, comme une bibliothèque bien conservée.

Via

Le visage d’Élizabeth I

Étiquettes

La reine Elizabeth I a fait passer son pouvoir via une mise en scène soignée de son apparence, et les nombreux tableaux peints de son vivant ont contribué à forger une image de reine vierge puissante et quasi-immortelle. Mais ce n’est pas pour autant que l’on sait à quoi elle ressemblait vraiment. 

« Les portraits de propagande, qui furent jadis l’apanage des riches et puissants, sont maintenant à portée de main de n’importe quel adolescent. La possibilité de mettre en scène son image pour la présenter au monde. Elizabeth I fut une pionnière dans le domaine » déclare Mat Collishaw, un artiste dont le projet vise à recréer le « vrai » visage de la Reine.

Pour la ramener à la vie, Collishaw a utilisé des technologies modernes (comme le scan numérique, l’impression 3D et l’animatronique). Son portrait contemporain, titré « The Mask of Youth » (Le Masque de la Jeunesse), se trouve désormais en face du portrait d’époque qui l’a inspiré, à l’intérieur de la Queen’s House à Greenwich, Londres.

“Je crée un masque qui tente de révéler la vérité de son apparence réelle, tout en montrant que, sous la surface, il y a un mécanisme complexe de prise de décisions et de calculs divers » ajoute Collishaw.

Je vous invite à regarder la vidéo dans l’article (que je ne peux importer ici). L’effet d’animation est tout simplement saisissant.

Source

L’art vivant de Philip Beesley

Étiquettes

,

L’artiste et architecte Philip Beesley marie un ensemble de techniques et de systèmes dans ses créations au point que l’on peine à trouver des mots justes pour les décrire. Quoi que, « étrange » pourrait convenir.

Sa dernière oeuvre en date, Astrocyte, réunit chimie, intelligence artificielle, et un paysage sonore immersif, le tout réagissant à la présence des spectateurs. Elle contient 300.000 composants individuels, et a été présentée en octobre dernier à Toronto, dans le cadre d’EDIT: Expo for Design, Innovation & Technology.

C’est à la fois complexe, intrigant, et rend l’architecture presque vivante.

via

L’ampleur des incendies en Californie

Étiquettes

,

Les images des incendies qui font actuellement rage en Californie sont impressionnantes quand on est au ras du sol. Et quand on prend un peu de hauteur, elles le sont tout autant. La NASA a rendu publiques des images prises depuis le satellite Terra. On y voit notamment la fumée des incendies du Comté de Ventura, l’un des sites les plus touchés, où 50.000 acres sont notamment parties en fumée en moins d’un jour.

via

Monet en son jardin en 1915

Étiquettes

Voici Claude Monet à Giverny, par une belle journée ensoleillée, alors qu’il connait l’une des meilleures périodes de production de sa vie. Produit par Sacha Guitry, dans le cadre du projet « Ceux de chez Nous« , ce flm a été tourné au cours de l’été 1915.  Monet a alors 74 ans, il perd la vue progressivement à cause de la cataracte, sa seconde épouse et son fils aîné sont décédés peu de temps avant, et si sa vie personnelle est très moyenne, il est à l’aube d’une décennie artistique formidable, qui produira notamment la série des Nymphéas.

Au début du film, on peut voir Guitry et Monet converser, puis Monet peindre près d’une mare.

via

Des nids pour êtres humains

Étiquettes

Bienvenue à Big Sur, Californie, à la rencontre de Jayson Fann, propriétaire et artisan faiseur de nids à taille humaine de Spirit Nest Creations. Il crée des espaces écologiques, confortable, à partir de matériaux recyclés, et notamment d’espèces invasives d’eucalyptus. Ce sont aussi des outils éducatifs, qui lui servent à éduquer les enfants à l’environnement et à la nature. On aime!

Via

Des papillons sur les murs

Étiquettes

, ,

L’artiste Mantra, qui vit à Metz, transforme les murs des immeubles en boites entomologiques, pleines de papillons multicolores hyper-réalistes. Le souci du détail, les ombres, tout vise à parfaire l’illusion. Ses papillons parsèment des murs en Espagne, Autriche, France ou à Bogota. On peut également suivre ses œuvres sur Instagram.

via

Une visite au Parc national de Quttinirpaaq

Étiquettes

,

Le Parc national de Quttinirpaaq est situé au Nunavut, sur l’île d’Ellesmere. Il est, dans le monde, le deuxième parc national le plus septentrional après celui du Nord-Est-du-Groenland. Son nom signifie « Toit du monde » en inuktitut. Avec ses 37 775 km², c’est également le second parc national canadien par sa superficie.

Mais vous avez peu de chance de pouvoir vous y rendre. En moyenne, seulement 50 personnes le visitent chaque année, parce que c’est quand même loin de tout, dangereux (coucou les ours polaires), cher (il faut prévoir près de 10.000$ pour y aller et en revenir), le temps est souvent maussade, etc. Ceci dit, Google Street View y est allé pour vous, et vous pouvez désormais admirer la beauté du parc depuis le confort de votre salon.

Les randonneurs de Google Street View ont pu bénéficier de quelques jours ensoleillés en juillet, et ont marché 5 jours durant, pour rejoindre les lieux les plus marquants du Parc. De quoi réjouir les amateurs de solitude et de grands espaces.

Source