La machine à déboucher le vin

Étiquettes

, ,

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Après tout, l’inutile, c’est aussi ce qui fait de nous des humains, non? Le Comptoir vous présente aujourd’hui la machine qui débouche et sert un verre de vin. Un mécanisme compliqué, qui ne sert à rien, qui prend un temps fou, mais qui est très joli à regarder. Ce tire-bouchon de 300 pièces est une création de Rob Higgs, et vous coûtera entre $90,000 et $120,00. Si jamais vous n’avez rien d’autres à faire, bien entendu.

via

Le son d’une flûte vieille de 9000 ans

Étiquettes

,

On n’a que peu de traces d’instruments anciens, encore moins d’instruments préhistoriques. Mais il est étonnant de voir que certaines formes d’instruments ressemblaient déjà à ce qu’elles sont encore aujourd’hui. Comme cette flûte à 7 trous que des archéologues chinois ont découvert en 1999, taillée dans l’os d’un gros oiseau. Les trous couvrent à peu près une octave.

Those holes “produced a rough scale covering a modern octave, beginning close to the second A above middle C,” and the fact of this “carefully selected tone scale indicates that the Neolithic musicians may have been able to play more than single notes, but actual music.”

via. Cliquez ici pour en savoir plus.

Glaciers de l’Alaska

Étiquettes

, ,

Le photographe Mark Meyer a commencé à photographier les glaciers de l’Alaska (où il demeure) en 2009. La proximité géographique rend ces glaciers très accessibles, parfois trop, et le photographe en profite. Il tient d’ailleurs à documenter les 100,000 glaciers que compte l’Alaska, avant qu’ils ne disparaissent à cause du réchauffement climatique.

A hiker photographs the opening of a moulin—a tunnel that courses though the glacier—in the ceiling of a cave under the Mendenhall Glacier, June 16, 2014. Glacial caves are constantly changing; this cave collapsed a few weeks after this photograph was taken

Sous le glacier Mendenhall, le 16 juin 2014. La cave prise sur cette photo s’est effondrée quelques semaines plus tard.

Ice climbers near the bottom of the ice falls on the Matanuska Glacier, July 22, 2016. During the summer months, guided ice-climbing trips—ranging from simple introductions to the sport to all-day, intensive courses—are available from local guides.

Grimpeurs au bas des chutes de glaces du Glacier Matanuska, le 22 juillet 2016.

Early morning in front of the Worthington Glacier near Valdez, July 3, 2016. This is the view from an observation deck that is just a short walk from a parking lot and a paved trail

A l’aube devant le Glacier Worthington, près de Valdez, le 3 juillet 2016.

Jessica Taft pauses above the Harding Icefield, August 27, 2016. The ice field is thousands of feet thick, but it does not completely cover the mountains; those peaks that stick through are called “nunataks,” from the Inuit word for “lonely peak.”

Jessica Taft devant le champ de glace Harding, le 27 août 2016.

A hiker (bottom right) is dwarfed by the massive, heavily crevassed ice fall where the Harding Icefield begins its descent into Exit Glacier, August 27, 2016. The Harding Icefield is the source of some 30 glaciers on the Kenai Peninsula, though the Exit Glacier is the most accessible

Un alpiniste (en bas à droite) a l’air tout petit devant la chute de glace massive et crevassée qui achève les champs de glace Harding, et voit le début du Glacier Exit. Photo prise le 27 août 2016.

Exposed ice at the terminus of Worthington Glacier is just a short walk from a nearby parking lot, July 3, 2016.

Glace exposée à la fin du Glacier Worthington, située à proximité du stationnement, photo prise le 3 juillet 2016.

Tourists explore the lower section of the Worthington Glacier, July 3, 2016. Because the glaciers are so accessible, many people wander onto them without the proper equipment, such as helmets and crampons

Des touristes explorent une section du Glacier Worthington, le 3 juillet 2016. Ces glaciers étant très accessibles, les touristes s’y engagent souvent sans l’équipement nécessaire.

An aerial view of the Harding Icefield looking toward the Exit Glacier trail, January 18, 2012. The Harding is one of only four remaining ice fields in the United States, and it is the largest that is completely contained within the U.S. border

Vue aérienne du champ de glace Harding, prise le 18 janvier 2012. Le Harding est d’un des quatre derniers champs de glace aux États-Unis, et le plus grand qui soit entièrement situé sur le territoire américain.

Via (cliquez pour en voir plus)

Une avalanche sur Mars

Étiquettes

Admirez cette merveille de technologie (prendre une photo si proche de Mars) et de hasard (la prendre au bon moment): une avalanche sur Mars (cliquez pour voir en plus grand format).

avalanche-on-mars-hirise-nasa-jpl-aerialSelon l’équipe derrière le HiRISE, un appareil photo de 65kg à l’intérieur du Mars Reconnaissance Orbiter à l’origine de ces images, la falaise fait près de 700 mètres de haut, et ses pentes font jusqu’à 60°.

via

Une malle de représentants en savons

Étiquettes

, ,

Voici une malle telle qu’en possédaient les représentants des Savons du Congo, qui proposaient ainsi à leurs clients toute la gamme des produits grâce à la malle ainsi qu’à des catalogues de démonstration. A l’intérieur, on y trouve 5 plateaux et un fond de caisse contenant au total 117 flacons et pots cosmétiques et 71 étuis-cartons, boîtes de savon ou boîtes de poudre. Cet ensemble exceptionnel a été acquis en 2012 par le Musée de Roubaix. La malle mesure 60cm de haut sur 50 de large, et 41cm de profondeur. Et vu tout ce qu’elle contient, elle aurait pu être bien plus large.

rbx_mus_vai5_d01_f01_001« Victor Vaissier (1851-1923) est une figure essentielle de l’épopée économique et industrielle de Roubaix au XIXe siècle. Avec ses frères, il reprend une entreprise familiale de savonnerie qu’il transforme et à laquelle il va donner un succès et un retentissement internationaux. Homme de communication commerciale exceptionnel, il s’inscrit dans la vague orientalistede son époque rebaptisantson entreprise en Savonnerie du Congo. Dès lors, les affiches, les objets souvenirs, les étiquettes chromolithographiées des produits vont dans le sens d’un projet éclectique, associant une imagerie et un vocabulaire, mêlant l’Afrique, le Maghreb et l’Extrême Orient et sont des exemples aujourd’hui très rares de l’inventivité des partis pris publicitaires d’une entreprise qui révolutionna en son temps l’image de la cosmétique et de la parfumerie, en surfant notamment sur la mode orientaliste » (source).

rbx_mus_vai5_d01_f01_005 rbx_mus_vai5_d01_f01_004 rbx_mus_vai5_d01_f01_003 rbx_mus_vai5_d01_f01_007 rbx_mus_vai5_d01_f01_006rbx_mus_vai5_d01_f01_223 rbx_mus_vai5_d01_f01_202 rbx_mus_vai5_d01_f01_087 rbx_mus_vai5_d01_f01_019 rbx_mus_vai5_d01_f01_013

Plutôt chouette comme idée, non?